google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

La Marche de l'Exil : l'aventure 2017   / Wanderung ins Exil                                       

spdhW-114









Deutsche Version

Marc est revenu le 17 septembre, après avoir marché pendant 68 jours sur 1 800 kilomètres.

6 000 euros ont été récoltés à ce jour (20-9-17)

Pourquoi ce projet ?
— Pour attirer l’attention sur la situation des chrétiens persécutés aujourd’hui.
— Pour récolter des dons au profit d’un projet humanitaire (achat de packs alimentaires) destiné aux chrétiens de Syrie (avec Portes Ouvertes).
— Pour rendre hommage à ceux qui ont écrit l’histoire et s’inspirer de leur persévérance, de leur intégrité, de leur foi et de leur volonté d’intégration dans l’humilité. — Pour promouvoir cet itinéraire chargé de sens, qui interpelle sur les valeurs de liberté, de tolérance, et sur l’accueil de l’autre, dans une Europe confrontée à ses défis.
— Pour attirer l’attention sur la situation des chrétiens persécutés, et particulièrement les chrétiens d’Orient, qui sont souvent obligés de quitter leur maison et leur pays, pour fuir leurs bourreaux à l’exemple des Huguenots
— Pour récolter des dons au profit d’un projet humanitaire (achat de packs alimentaires) destiné aux chrétiens de Syrie (avec l’ONG Portes Ouvertes).

Parmi tous les droits humains, le droit de religion est le plus fragile. Sans doute parce qu’il implique d’autres droits : la liberté de pensée, de conscience, de choisir sa croyance, de l’exprimer… Mais c’est un droit essentiel figurant dans l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Dans plus de 50 pays, 150 millions de chrétiens ne bénéficient pas de ce droit.*

Pourquoi cet itinéraire ?

Cette aventure a suivi le sentier « Sur les pas des Huguenots ». Le parcours initial démarre à Poët Laval dans la Drôme, passe par Genève, et se termine à Bad Karlshafen, dans la Hesse. Il a été agréé « GR965 » par la Fédération Française de Randonnée pour la partie française, ainsi que labellisé « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe ». Il retrace, grâce aux éléments historiques, le chemin emprunté par les protestants après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. La branche cévenole part de Mialet (du Musée du Désert), pour rejoindre le sentier principal à Die. Par dizaines de milliers, contraints à l’exil, les Huguenots ont fui la région des Cévennes et du Dauphiné pour rejoindre les pays du refuge : Suisse, Allemagne, Pays-Bas, voire plus loin. Aujourd’hui encore il est possible de retrouver leurs descendants dans certains villages.
Il suit la trace de l’exil de milliers de Huguenots partis pour cause d’intolérance religieuse, le plus massif mouvement de migration de l’histoire de la France (80 % des pasteurs de l’époque ont dû s’exiler). Un parcours façonné par l’histoire, créé « pour mettre en parallèle ce sujet historique avec notre histoire contemporaine, notamment l’exil aujourd’hui et la question de l’intolérance religieuse ». 
C’est aussi une manière de contribuer à la commémoration des 500 ans de la Réforme en 2017, en marchant sur les traces de ceux qui ont donné naissance avant l’heure à une mosaïque culturelle européenne, parfois au prix de leur vie.

[[RAW HTML]]

Vous pouvez faire un don pour soutenir les chrétiens d'Orient.


Cliquez ci-dessous

FAIRE UN DON




En partenariat avec :
   

Logo PO2


« Près de 75 % de la population mondiale vivrait sans liberté religieuse ou de conviction (…) Par conséquent, ceux qui croient que l’humanité doit prévaloir peuvent et doivent faire beaucoup plus pour la liberté de religion. Nous sommes témoins d’assassinats de masse systématique, de martyrs et de persécution sur plusieurs territoires »
Jan Figel — Octobre 2016, à l’occasion de la « Journée Internationale de la Liberté Religieuse »
envoyé spécial de l’Union Européenne pour la promotion de la liberté de religion et de conviction en dehors de l’Union Européenne


Cliquez ici pour le dernier communiqué de presse


logo SpDH-CdE


La situation des chrétiens dans le monde*
Il devient de plus en plus difficile, dans un nombre de pays qui va croissant, de pratiquer sa foi chrétienne. La persécution prend parfois une forme de nettoyage ethnique qui refuse toute cohabitation entre les communautés chrétiennes et autres communautés religieuses. On le constate particulièrement au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.
En 2015, au moins 7 100 chrétiens ont été tués pour des raisons liées à leur croyance, soit une augmentation de 63 % par rapport à l’année précédente. Chaque année ce nombre ne cesse  d’augmenter, montrant une croissance de la persécution contre les chrétiens dans le monde (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201).
Au moins 2 406 églises ciblées (attaquées, détruites, fermées, etc.), soit plus du double par rapport à l’année précédente.
Selon des estimations basses, un chrétien serait tué toutes les heures à cause de sa foi.** 

* Source : Portes Ouvertes (statistiques du 1/11/14 au 31/10/15)
** getreligion.org