google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

MARDI

JOUR 7 : Barranco Camp 3950 m /Barafu Camp : 4450m

Tous les matins, les cuisiniers et porteurs sont levés bien avant nous, pour tout préparer et tout remballer. Et même s’ils partent après nous, ils  nous dépassent pendant le trajet afin d’installer le campement dans les temps avant notre arrivée. C’est une drôle d’impression être assisté par 15 personnes, et de n’avoir rien à faire.

Toute cette longue lignée de porteurs chargés, se forme, s’étale, comme une grande colonie de fourmis. Chacun à son rythme.

Comme pour les fourmis, tout est organisé, planifié, chacun à son rôle : porteur cuisinier, monteur, serveur, etc. Et ça recommence tous les jours, toutes les semaines, tous les mois pour eux. C’est impressionnant, la capacité qu’ils ont à endurer ces marches avec de lourdes charges, pour 7 euros par jour, à cette altitude. Et quand on voit parfois comment ils sont équipés, on se demande comment il n’y a pas plus d’accidents. 

Dans le dernier camp, il y a un cordonnier à disposition des porteurs. Ils en ont bien besoin parfois…

Ce matin-là nous démarrons par la partie la plus délicate du circuit, une paroi rocheuse à escalader, le mur de Baranco, à pic, d’où d’ailleurs un porteur d’un autre groupe va tomber le lendemain. 

Après un arrêt à midi au camp Karanga, nous atteignons notre dernier camp avant l’assaut final.