google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

Juillet 2012

2 juillet

La date approche inexorablement. Je vois le temps passer, et tout ce qu'il y a encore à faire... Entre la travail à Séphora, le planning à préparer pour mon absence, les travaux à la maison (oui chérie l'alarme de la piscine sera posée, comme ça Emma ne va pas se noyer...), chaque heure est comptée.
Comme c'est une première, il faut tout prévoir, équipement, itinéraire, contacts, etc. Réfléchir à tous les détails, penser à ne rien oublier. Presque 2 mois et demi à vivre dehors, ce n'est pas rien. Surtout avec le minimum. Chaque objet compte, chaque gramme compte. Et la moindre chose oubliée peut se révéler problématique sur le chemin. Heureusement qu'il y a l'expérience des autres (merci à tous les blogs des cyclo voyageurs, et à Mic & Céline pour leurs conseils avisés). Sans internet, ce serait vraiment plus compliqué...
Il va falloir aussi mettre en route la fameuse balise GPS. Comme ça normalement tout le monde pourra me suivre, et je pourrais être relié immédiatement à un centre de secours international, si nécessaire. Plus moyen d'être tranquille... C'est la rançon du progrès et de la sécurité.


13 juillet

Départ ce soir pour un test dans les conditions du voyage. J'aurais - presque - tout l'équipement. Première expérience de voyage en autonomie et à vélo. Il était temps, avant le départ !
Vous pourrez me suivre grâce à la balise par ce lien :
LIEN POUR LE SUIVI PARCOURS par Balise GPS Spot

Dans une semaine ce sera plus sérieux. Nous venons d'apprendre qu'une équipe de France 2 sera présente pour la journée du 21 juillet, dès le départ à Montélier.

18h30

Enfin le départ... Il était temps. Heureusement les journées sont encore longues. Je m'élance vers le nord de la Drôme, avec un peu de vent de face. Ca commence bien pour ma première vraie aventure de voyage à vélo, une semaine avant le grand départ. Après un petit parcours tranquille d'un peu plus de 2 heures et un peu plus de 40kms, je m'arrêtte demander de l'eau et trouve un coin derrière le stade du village, au bord de la rivière.
Après une nuit un peu agitée (des orages, mais c'était très bien pour tester la tente...), lever à 6h et pliage tout mouillé...

P1060307

14 juillet
Je continue vers Annonay, en empruntant un petit bout de la ViaRhona, sur laquelle je m'élancerai samedi prochain pour de vrai. Je découvre ensuite que le Tour de France est passé par là hier. Dommage, ils ne m'ont pas attendu.
J'ai choisi de traverser l'Ardèche pour tester les dénivellés successifs, avec le vélo chargé. Nouvelle expérience. Et ça passe à peu près. Plusieurs cols à 700, 800 et 1200 m.
Le soir, je traverse Lamastre et continue sur Vernoux, encore une côte. Mais là je fatigue un peu, après 120 kms et 1400 m de dénivelé dans la journée mes muscles disent stop. Un petit coin dans les fougères m'accueille pour la nuit, où quand il fait sombre la montagne résonne de tous les cotés de coups de canons... C'est la gueeerre en Ardèche ? Non, seulement le 14 juillet.



15 juillet
Lever 6 h, ptitdej et démontage rapide, car je suis attendu à Valence pour une intervention pour présenter mon voyage. Mais c'était sans connaitre la profonde réalité de l'Ardèche et ses cotes et descentes parfois redoutables, surtout avec un vélo chargé, d'un poids total d'environ 45 kgs. Arrivé en haut du dernier col (col de la Mure), je croise 2 cyclistes, un peu étonnés de me voir arriver là-haut avec mon bazar. Ils m'apprennent que c'est un des cols les plus réputés du coin. J'aurais bien aimé le savoir avant. Mais bon, c'était très bien pour la préparation.

J'arriverais finalement à ma réunion avec une heure de retard, après 45 kms et 700 m de dénivellé... Mais heureux de retrouver des amis et d'apprécier leur générosité par la collecte de 500 € qui a été remise pour le projet en Arménie.
C'était aussi ma première expérience de "3" jours successifs de vélo couché. Je crois que ça va passer pour les 5000 kms (il était temps de s'en rendre compte ! ).

DSC00035