google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

Février 2012

4 février

Me voilà à nouveau sur le blog 

Après ces quelques mois de retour à la réalité quotidienne depuis mon escapade dans l'Océan Indien, j'ai repris mes entrainements à pied, à vélo, tranquillement, pour maintenir la forme. Et à chaque fois que je sors, des images se bousculent dans ma mémoire pour m'immerger dans les sentiers de La Réunion, surtout quand je cours la nuit. Cela me rappelle ces fabuleux moments tendus dans l'ascension du Cap Anglais, ou la fatigue  dans la descente vers La Possession. Que de souvenirs grandioses !

Mais aujourd'hui, je suis dans un tout autre contexte : il fait -10° dehors, et le vent souffle du nord de manière terrible. Alors la température "ressentie", comme on dit maintenant (mais qui a encore inventé ce nouveau concept marketing pour vendre la météo ??) doit être à -15/-20. Je décide d'aller faire une sortie vers le pas de la Croix, à 900 m d’altitude. Mais pour m'y rendre, ce ne sera pas le vélo, comme les autres fois, mais la voiture. Je ne veux pas me congeler en route. 

Me voilà arrivé avec une tenue adéquate : je n'ai jamais couru aussi couvert ! Le soleil est au rendez-vous et c'est tant mieux, cela compensera le froid sibérien environnant. Démarrage tranquille sur les sentiers déjà arpentés maintes fois, et qui aujourd'hui sont durs et cassants avec ce sol gelé de partout. Parti à 200 m d’altitude au niveau du Pas du Pont, je m'élève tout doucement et m'aperçois que par endroit il y a pas mal de neige. Le vent génère des congères qui bloquent presque la marche, mais qui sont un régal pour le regard sous ce soleil de Février (voir photos).


Je m'engage dans le sentier qui monte au pas de la Croix, et là je me dis que peut-être j'ai fait le mauvais choix. Je ne suis pas vraiment équipé pour marcher dans la neige… Avec mes chaussures de trail, sans bâtons, j'enfonce parfois de 30-40 cm. Bon, ce n'est pas grave, on secoue les pied et les chaussettes pour enlever la neige, et on avance. Je n'avais pas imaginé qu'il y aurait tant de neige. Sous le poids de celle-ci, les branches des arbres plient, se courbent, et barrent le sentier, comme pour nous empêcher de venir les déranger, et troubler la semi-quiétude de la forêt engourdie. A un moment j'entends un bruit un peu particulier derrière moi, sans en percevoir vraiment l'origine. J'avance encore et ça recommence. Je comprends. Ce sont les grosses branches qui se frottent les unes aux autres, ballottées par les rafales de  vent.  J'ai l'impression que les arbres gémissent et pleurent sous le poids de ces flocons blancs, en apparence si légers, mais redoutables quand il y en a des milliers. Et ces arbres ne peuvent pas se défendre, il subissent.

Toute la montagne s'est habillée de sa collection d'hiver. Immaculée. Sur le chemin, il y a simplement les traces des animaux qui sont passés par là, probablement à la recherche de nourriture. Des traces de petites pattes, mais pas d'ours ou de loup en vue…

J'atteins le point culminant de ma randonnée dans un décor féérique et unique. Ca valait vraiment le coup de venir et traverser cette neige vierge. Je vous ai ramené quelques clichés souvenirs. Je m'attarde au sommet pour jouir de cette nature et de ce décor naturel fabuleux. Au-dessus, les nuages filent vers le sud, certainement pour chercher la chaleur qui nous fait défaut ici. 

Mais il faut redescendre, en s'enfonçant dans un manteau neigeux encore plus épais. Difficile de courir dans ces conditions. Je traverse ensuite une prairie à moitié verglacée et retrouve mon chemin pour entamer la deuxième moitié de la boucle. Je ne croise personne en redescendant, sinon quelques chevaux dans les prés, à la recherche d'une herbe rare. Après 2h30, je rallie mon point de départ. Quel privilège d'habiter une région où à vingt minutes de chez soi, on peut se retrouver dans un environnement complètement différent, et être déconnecté de la vie quotidienne.

Une petite préparation pour le trail du 19 février (23 kms) avec des amis.

Vous pouvez également jeter un coup d’oeil dans la rubrique médias et voir le dernier article paru dans le magazine «Chef d’Entreprise» de février. Une double page consacrée à l’aventure !!


15 février

Ca y est, la décision est prise. Ce sera l'Arménie cette année. Départ en vélo-couché fin Juillet au travers de l'Europe.